MédiHAL et données de la recherche

En janvier 2014, Puck Engman et Léa Daures ont déposé des photographies appartenant à Xavier Paulès, sur l’archive ouverte MédiHAL, avec une barrière mobile de six mois. Ces images  concernaient les protestations chinoises du 8 mai 1999 contre le bombardement de l’OTAN sur l’ambassade chinoise à Belgrade

Puck Engman a pendant ce temps rédigé son mémoire de Master intitulé «La mobilisation du 8 mai, Étude sur les protestations chinoises contre l’OTAN en 1999».  Il a  brillamment soutenu son Master le 16 mai 2014.

Les photographies sont désormais en libre accès sur MédiHAL et disposent d’une adresse pérenne puiqu’elles sont archivées sur le CINES (Centre Informatique National de l’enseignement supérieur). Elles sont donc citables et réutilisables pour d’autres travaux de recherche.


Puck Engman (Courriel) est maintenant doctorant à l’Université de Fribourg-en-Brisgau. Il fait partie du projet «The Maoist Legacy : Party Dictatorship, Transitional Justice and the Politics of Truth»  et travaille sur le développement d’une base de données.

Vous pouvez lire ci-dessous le billet qu’il a rédigé sur son travail de Master.

Puck Engman

 La mobilisation du 8 mai. Étude sur les protestations chinoises contre l’OTAN en 1999

Dans la nuit du sept au huit mai 1999, durant l’opération de bombardement de l’OTAN sur des cibles en Yougoslavie, un avion américain tira cinq missiles sur l’ambassade de la République populaire de Chine à Belgrade. Durant les jours qui suivirent, les étudiants chinois se mobilisèrent dans une vingtaine de grandes villes chinoises pour protester contre ce qui est perçu comme une violation. Partiellement organisées par les associations du parti et exprimant des sentiments anti-américains, les protestations parurent vérifier la thèse de l’avènement d’un « nouveau nationalisme chinois », solution d’un régime postrévolutionnaire dépourvu de légitimité.
Dans cette étude, une telle conclusion est réexaminée sous deux angles. En introduction, une évaluation critique de la littérature sur le nationalisme chinois des années 1990 et 2000 met en évidence certains problèmes théoriques dans la manière dont le recentrage national des politiques chinoises après-Mao a habituellement été conçu. Une revue des travaux spécialisés sur le nationalisme permet de révéler l’imprécision avec laquelle cette notion a souvent été employée pour expliquer certaines facettes de la Chine contemporaine.
Le cœur de l’étude consiste à l’examen méticuleux de ce qu’est devenu l’exemple par excellence du nationalisme chinois : les manifestations contre l’OTAN en mai 1999. S’appuyant principalement sur des archives de presse ainsi que sur une enquête menée par le sociologue Zhao Dingxin, l’étude distingue les spécificités de la formation, du déroulement, des cadres et de la symbolique des manifestations. En particulier, une place importante est consacrée aux contraintes de la mobilisation. Celles-ci furent imposées par un pouvoir louant l’esprit patriotique des jeunes manifestants mais pour lequel la préoccupation première restait la « stabilité sociale ». À ce moment charnière – quatre-vingts ans après la naissance du premier mouvement étudiant chinois le quatre mai 1919, dix ans après les manifestations de la place Tiananmen et seulement quelques semaines après le rassemblement de 10 000 adhérents du Falun Gong à Pékin –, la tension entre le devoir patriotique et les contraintes de l’action collective se manifeste dans la relation entre les manifestants et les représentants de l’État et du parti, notamment à travers l’antagonisme entre les manifestants qui se mobilisèrent de manière indépendante et les associations étudiantes officielles.
De plus, une attention particulière est accordée à la manière dont les participants représentèrent – par leurs prises de parole ou par l’affichage sur les campus – le bombardement et à la façon dont ils se représentèrent leur propre action protestataire. Le constat que les manifestants se référèrent aux mouvements étudiants antérieurs et adoptèrent des éléments communs aux différentes manifestations contre l’intervention de l’OTAN organisées à un niveau mondial permet de nuancer la représentation de cette mobilisation comme étant le résultat d’un phénomène nouveau et proprement chinois.
Enfin, la tentative d’exposer les rapports entre les manifestations étudiantes et la mobilisation parallèle par la presse du parti et par les nouveaux médias privés donne certains indices préliminaires quant au rôle des médias de masse dans la mobilisation sociale en Chine contemporaine, notamment en ce qui concerne la relation entre la fonction de porte-parole du parti attribuée à la presse et l’opportunité qui se présenta à celle-ci de profiter économiquement de la consommation protestataire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.