Regards sur l’acupuncture et la moxibustion en Suisse

Séance spéciale de séminaire
Jeudi 17 mars 2016 – 11:00

Confrontée à la biomédecine, la médecine chinoise a subi des remaniements dans ses principes fondateurs et dan sa thérapeutique ainsi que dans sa transmission en Chine et hors de Chine (Scheid, 2002 ; Taylor, 2004). Dans le contexte européen, l’acupuncture et la moxibustion sont les techniques médicales les plus connues et les plus pratiquées. Elles s’allient parfois à d’autres médecines complémentaires comme l’homéopathie. Ces pratiques de soin exercées hors de la Chine sont le plus souvent le fruit d’une appropriation et d’une réélaboration de savoirs et savoir-faire dits « traditionnels » investies de significations nouvelles et mises en œuvre par des praticiens (médecins et thérapeutes) qui exercent dans des contextes médicaux conventionnels et complémentaires.

Cette question est particulièrement exemplaire en Suisse, car la circulation des connaissances par l’intermédiaire de personnalités singulières a été et est encore aujourd’hui très active. Les échanges et les croisements de savoirs se font principalement entre la France, l’Italie et l’Allemagne (pays limitrophes à la Suisse), mais aussi avec la Chine et les Etats-Unis.

La situation suisse nous intéresse plus particulièrement pour le fort dynamisme relatif à son marché de la santé où les médecines non-conventionnelles occupent une place de premier ordre dans l’offre de soin. En effet, la demande élevée de soins complémentaires des patients d’une part, et son acceptation comme thérapeutique légitime d’autre part, a amené à un processus accéléré de reconnaissance officielle de la médecine chinoise et s’est accompagnée d’un foisonnement de pratiques et de lieux de transmission (écoles, universités etc.).

Notre communication aura pour objectif premier de montrer comment les médecins acupuncteurs et thérapeutes qui ont recours à la médecine chinoise intègrent cette « autre médecine » dans leur dispositif thérapeutique. À partir de l’analyse d’un corpus de films ethnographiques tournés au sein de consultations médicales, nous montrerons comment se « fabriquent » in situ ces techniques de soin spécifiques qui sont autant de manières pour les praticiens de se différencier entre eux que de se positionner vis-à-vis de la médecine conventionnelle et du système de soin suisse.

Intervenants

  • Lucia Candelise, Université de Genève
  • Gilles Remillet, Université Paris Ouest Nanterre la Défense
  • Matthias Sohr, Université de Genève

Dans le cadre du séminaire de Frédéric Obringer, <a href=”M”>http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/526/”>Médecine, entretien de la vie et produits aromatiques dans la Chine des Ming et des Qing.