Cycle Urbanités coréennes : 2e semaine

Le cycle de conférences Urbanités coréennes continue cette semaine avec deux séminaires vendredi 15 et samedi 16 avril. Veuillez trouver les détails ci-dessous :

Les coulisses de la ville verticale

Sous la direction de Valérie Gelézeau

De grands ensembles d’appartements comptant jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’habitants, des villes nouvelles utopiques semées de gratte-ciel « intelligents »… Résidences de luxe dotées de terrasses au bout d’une envolée d’ascenseurs ; méga-centres commerciaux combinant espaces de loisirs, places publiques, intérieurs paysagés et galeries marchandes sur plusieurs étages ; boutiques empilées sur toute la hauteur d’un immeuble de plus de quarante étages : images fascinantes des villes coréennes, dont la verticalité rhizomique s’enfonce en sous-sol sur plusieurs niveaux de galeries souterraines. Comment a émergé cet urbanisme vertical – générique des cultures urbaines contemporaines ? Des gouvernements aux citoyens, quels ont été les acteurs de ce changement ?
Quels sont les modèles qui l’ont forgé ? Les formes vernaculaires auxquelles il s’est heurté ou qu’il a absorbées et reformulées ? Comment habite-t-on ces édifices ? Que reste-t-il de la ville horizontale ?

Date

Vendredi 15 avril 2016 de 14 h à 18h45

Lieu

Auditorium de la Cité de l’architecture & du patrimoine, 1 place du Trocadéro, 75116 Paris

Programme au site de la Cité du patrimoine & de l’architecture

Jardins secrets et marges urbaines

Sous la direction de Benjamin Joinau

Derrière les façades high-tech de ses gratte-ciel, en-deçà des pandémiques complexes d’appartements, à la lisière des quartiers branchés dédiés à l’hyperconsommation, Séoul résiste à l’ordre urbain dominant. À celui qui prend le temps de marcher dans cette ville qui a longtemps tenté de se passer du piéton, les ruelles révèlent des jardins modestes témoignant de cette résistance douce à l’urbanisation soudaine. On y cultive autant ses légumes qu’un art de vivre disparu. Mais les quartiers se réveillent doucement, et se réinventent des communautés. cachées ou marginalisée, elles récupèrent des quartiers : autant de « jardins », autrefois secrets, qui investissent la sphère publique. En s’appropriant l’espace public de la place ou des terrains vagues, de la rue et des friches, ces communautés souhaitent accéder à une visibilité nouvelle et ainsi compter à nouveau dans la vie politique.
Nouvelles pratiques qui sont en train de bouleverser, non seulement Séoul, mais aussi la société coréenne.
A l’écran se croiseront agriculture urbaine, culture queer, révoltés du naufrage du Sewol, migrants, injonction du multiculturel… Tout un monde secret - mais plus pour longtemps - qui nous mènera loin de Samsung et de la K-pop, au plus intime de la société coréenne contemporaine.

Date

Samedi 16 avril 2016 de 14 h à 19 h

Lieu

Auditorium de la Cité de l’architecture & du patrimoine, 1 place du Trocadéro, 75116 Paris

Programme au site de la Cité du patrimoine & de l’architecture

Vous pouvez suivre la conférence sur Twitter @urbanitecoree ou avec #urbacor.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurélia Martin (12 avril 2016). Cycle Urbanités coréennes : 2e semaine. Carnets de l'UMR Chine, Corée, Japon. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mby4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search