Les théâtres traditionnels d’Asie à l’épreuve de la modernité

Colloque international, les 8 et 9 novembre 2016, co-organisé par le CIELAM et l’IrASIA (Université d’Aix-Marseille). Le mardi 8 novembre sont prévues une rencontre avec Gao Xingjian, Prix Nobel de Littérature 2000 et une projection de l’opéra de Gao Xingjian, La Neige en août (créé à Taïwan et à l’Opéra de Marseille, en 2004).

coll-thLe colloque souhaite interroger la survivance des traditions théâtrales asiatiques dans la société contemporaine et l’adaptation de ces traditions à la modernité. Seront abordées les traditions théâtrales d’Asie dans toutes leurs diversités (Asie du Sud-Est, Inde, Chine, Corée, Japon), en langues vernaculaires, et sous l’angle de la problématique de la conservation du patrimoine artistique et culturel qui est aujourd’hui un enjeu majeur pour ces pays, à l’heure de la globalisation.

Un premier axe d’étude est consacré aux sources archivistiques (textuelles, iconographiques, etc.) conservées dans les fonds d’archives (Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence) et les fonds des bibliothèques spécialisées, et pourra faire notamment un état des lieux de la découverte de ces traditions d’abord par les grands explorateurs, les missionnaires, ensuite par la colonisation et les expositions universelles et coloniales. Le regard des artistes occidentaux sera envisagé sous l’angle de l’influence que le théâtre oriental a pu exercer sur la tradition dramatique occidentale (tel Antonin Artaud lorsqu’il écrit Le Théâtre et son double après la découverte éblouie du théâtre balinais lors de l’Exposition coloniale de 1931 à Paris). Cette étude du croisement entre tradition et modernité dramatiques s’inscrit donc dans une réflexion plus large sur les échanges esthétiques entre Occident et Extrême-Orient. Inversement, et dans la perspective du second axe, on envisagera l’apport du théâtre occidental dans la tradition dramatique extrême-orientale aujourd’hui.

Le second axe aborde des zones géographiques précises et des genres dramatiques propres à ces aires : tuong et chèo vietnamiens, khon khmer, théâtre d’ombre d’Asie du Sud-Est, pansori coréen, opéra chinois, etc. Il s’agit de rendre compte des expériences de créations contemporaines qui s’efforcent de faire vivre ces traditions. On se demandera notamment en quoi l’usage du numérique, le recours aux nouvelles technologies, etc., appliqués à la scène contemporaine, les expériences de métissages entre pratiques orientales et occidentales, peuvent être des adjuvants à cette survie des traditions dramatiques asiatiques dans le monde contemporain, ou si la tradition continue d’exister, dans certains cas, indépendamment de toute forme de modernité –  la question est de savoir, alors, selon quelles modalités et dans quel contexte.

Date

  • 8 et 9 novembre 2016

Lieu

  • La Criée – Théâtre National de Marseille
    30 quai de Rive Neuve – 13284 Marseille cedex 7

Programme



Citer ce billet
Monique Abud (2016, 26 octobre). Les théâtres traditionnels d’Asie à l’épreuve de la modernité. Carnets de l'UMR Chine, Corée, Japon. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mc6p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search