Le spectacle de la science dans le Japon du XVIIe siècle : La ’Sphère de Genève’

Séance du séminaire Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la mondialisation (Catherine Jami, Frédéric Obringer), avec une intervention de Christopher Cullen (Needham Research Institute, Cambridge ; CRCAO, Paris) intitulée : « Le spectacle de la science dans le Japon du XVIIe siècle : La ’Sphère de Genève’ ».

Date

  • Mardi 27 mars 2018, 14h-16h

Lieu

  • EHESS – Salle A06-51
    54 boulevard Raspail – 75006 Paris

Résumé

La rencontre entre les sciences et techniques de l’Europe et celles de l’Asie orientale à l’époque de la première modernité a commencé avec l’arrivée des missionnaires jésuites ‘aux Indes’, qui a été beaucoup étudiée. La plupart des recherches sur les contacts de cette période s’est jusqu’ici concentrée sur la réception des ‘savoirs occidentaux’ comme ‘savoirs spécialisés’ et parmi les élites d’Asie orientale. La nature des sources —ou du moins de celles que les chercheurs ont choisi d’étudier— a rendu difficile l’accès à ce qui a pu se passer hors de ces cercles limités.

Un mécanisme —appelé “Sphère de Genève” parce que c’est là qu’il se trouvait quand ces recherches ont été effectuées— a été découvert récemment. Probablement fabriqué au début de la période d’Edo (vers 1600-1650), il ouvre de nouvelles perspectives sur la manière dont un large public s’appropriait les techniques étrangères et “consommait” les savoirs astronomiques, avec un plaisir et un enthousiasme évidents, en dépit du dédain des experts en astronomie à cet égard. Les sources écrites de l’époque montrent que la “Sphère de Genève” est l’unique spécimen conservé d’une catégorie assez nombreuse de mécanismes semblables fabriqués au Japon. Ces objets hybrides pourraient bien éclairer la provenance d’une sphère armillaire mécanique réputée avoir été fabriquée en Corée par Song Yiyeong 宋以穎 pour le roi Hyenjong 顯宗 (r. 1659-1674) dans la seconde moitié du XVIIe siècle.

A la même époque en Europe, l’intérêt pour les innovations scientifiques et techniques de la part de personnes n’ayant pas de prétention à l’expertise commençait à se développer, voire à être à la mode. Jusqu’ici nous n’avions pas d’éléments indiquant qu’un phénomène similaire pouvait s’être produit en Asie orientale. La “Sphère de Genève” offre donc un aperçu nouveau sur des évolutions sociales et techniques parallèles dans le contexte japonais de la première modernité.

Programme complet du séminaire pour 2017-2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.