Les réparations, de la préhistoire à nos jours : cultures techniques et savoir-faire

Les réparations, de la préhistoire à nos jours : cultures techniques et savoir-faire

Appel à communication pour un colloque international, Paris, 17-18 juin 2019.

Les propositions (max. 1000 signes) accompagnées d’un CV devront être envoyées au plus tard le 30 septembre 2018 aux adresses suivantes : liliane.perez@wanadoo.fr et à larisazakharova@gmail.com. Les communications et les discussions auront lieu en français ou en anglais.

Le colloque donnera lieu à une publication.

Présentation

La réparation est un moment particulier de la « biographie d’un objet » (Appadurai, Kopytoff), qui, sorti du circuit du marché lors de son achat, revient dans le monde des échanges à la suite d’un accident, de l’usure ou d’un défaut, en raison des pénuries ou des engagements politiques en faveur de la consommation durable. Cette mobilité engendre des savoirs et des savoir-faire, mobilise des professions et des sociabilités, souvent genrées, révèle l’organisation d’un système de production, largement appuyé sur des réseaux de sous-traitance et des ateliers décentralisés, y compris à l’époque contemporaine. Même au cœur des processus électroniques, censés pourtant mal se prêter aux appropriations, se nichent des savoir-faire incorporés complexes, ciments culturels de milieux professionnels établis (Callén). Les créations récentes de sites de réparation pour matériel électronique, les repair cafés, attestent la vigueur de ces pratiques mais aussi l’émergence de nouvelles logiques consuméristes. Les réflexions renouvelées depuis une génération sur la restauration des objets techniques dans les musées rejoignent ces interrogations sur « la vie des objets » (Bonnot) en posant la question de la limite entre l’intervention réparatrice et la préservation de traces d’usages, limite qui marque la distinction entre objet fonctionnel (réparation) et objet d’art (restauration).

Lire la suite en téléchargeant les documents joints au bas de la page

Comité d’organisation

  • Gianenrico Bernasconi (Musée international d’horlogerie/université de Neuchâtel), Guillaume Carnino (UTC/COSTECH), Liliane Hilaire-Pérez (université Paris 7-EHESS/ICT-CAK), Olivier Raveux (CNRS/TELEMME), Larissa Zakharova (EHESS/CERCEC/CNRS/CEFR de Moscou).

Comité scientifique

  • Alexandre Bertaud (univ. Bordeaux Montaigne/Ausonius), Régis Bertholon (Haute école-ARC, Neuchâtel), Thierry Bonnot (CNRS/IRIS), Marie-Sophie Corcy (Musée des arts et métiers), Cecilia D’Ercole (EHESS/ANHIMA), Lionel Dufaux (Musée des arts et métiers), Anne Gerritsen (Univ. of Warwick/Global History and Culture Centre), Anne-Catherine Hauglustaine (Musée de l’air et de l’espace du Bourget), Régis Huguenin-Dumittan (Musée international d’horlogerie, La Chaux-de-Fonds), François Jarrige (Univ. de Bourgogne/Centre Chevrier), Pierre Lamard (UTBM/RECITS), Thomas Le Roux (CNRS/CRH), Sylviane Llinares (Univ. Bretagne occidentale/GIS Histoire et sciences de la mer), Sigrid Mirabaud (Institut national du patrimoine/Laboratoire de recherche), Nathalie Ortar (Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie/LAET-ENTPE), Yann Philippe Tastevin (CNRS/LISST Toulouse), Marie Thébaud-Sorger (CNRS/Centre Koyré), Hélène Vérin (CNRS/Centre Koyré), Koen Vermeir (CNRS/SPHERE), Catherine Verna (Univ. Paris 8, CRH), Heike Weber  (Univ. of Karlsruhe), Bing Zhao (CNRS/CRCAO).

Documents à télécharger

Voir l’annonce : https://techniqcak.hypotheses.org/4197


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.