Alice Doublier rejoint le CCJ

Alice Doublier rejoint le CCJ en qualité de chargée de recherche au CNRS. Elle est une des rares spécialistes d’anthropologie d’apprentissage et des techniques travaillant sur le Japon. Elle poursuit actuellement ses recherches sur les liens entre travail des matériaux, pratiques artisanales et rénovation sociale dans les petites industries rurales de la céramique et de la fermentation alimentaire.

Elle se présente en quelques paragraphes :

Je suis anthropologue, spécialiste du Japon. Je travaille depuis plus de dix ans sur les transformations des régimes de savoir et des modes de transmission dans le Japon contemporain à partir d’enquêtes sur les pratiques artisanales. Mes recherches ont jusqu’ici porté sur deux domaines principaux : la céramique et la fermentation alimentaire.

J’essaie de mener une ethnographie des techniques qui détaille et documente le travail de matières incertaines comme l’argile ou les moûts de sauce soja ou de saké en utilisant conjointement la description textuelle et graphique. Situées à l’interface des relations entre humains et matériaux, mes recherches visent à proposer une réflexion plus large sur les mouvements de recomposition sociale et les imaginaires du futur d’une nation qui se présente comme en crise.

J’ai effectué ma thèse de doctorat à l’Université Paris Nanterre, sous la direction de Sophie Houdart (2017). A partir d’une ethnographie de la vie quotidienne au sein du département de céramique d’une université d’art de Kyoto, j’ai proposé de repenser l’apprentissage, non pas comme une simple acquisition de compétences techniques, mais comme la découverte progressive d’un monde matériel et humain peuplé d’incertitude.

Dans le cadre d’un postdoctorat de la fondation Fyssen (2019-2020) à l’université de St Andrews en Ecosse, j’ai travaillé sur la question de la patrimonialisation des savoir-faire en enquêtant sur des pratiques artisanales menacées de disparition. En suivant les luttes des céramistes et des brasseurs pour la perpétuation de leur art, j’ai mis au jour combien les questions qui hantent le quotidien de ces industries traditionnelles menacées résonnent avec celles d’une société qui s’interroge sur son futur.

Mon projet actuel porte sur les mobilisations autour de la fermentation alimentaire dans le Japon contemporain. Des réseaux alternatifs du boom actuel de la fermentation aux discours étatiques ou industriels sur la place de la fermentation dans la gastronomie japonaise, en passant par les micro-interactions quotidiennes avec le vivant dans les brasseries et les laboratoires, ce projet vise à saisir les manières dont les microorganismes deviennent de véritables emblèmes pour penser les futurs d’une nation. J’espère au sein de ce projet explorer les multiples façons dont des microorganismes comestibles fabriquent des collectifs ou suscitent des fractures, tout en étant des êtres vivants culturellement façonnés.

Mes recherches se fondent sur une pratique immersive du terrain ethnographique. Durant ces dix années de recherche j’ai passé au total deux années à éprouver les techniques qui forment mes objets de recherche, des longues cuissons de céramiques dans des fours à bois à la construction de fûts de macération en cèdre, en passant par la production professionnelle ou domestique de légumes saumurés, de sauce soja et de pâte de miso. Ces ethnographies incarnées m’ont menée à m’interroger sur la production des savoirs anthropologiques et à la place de la description ethnographique en leur sein. J’anime régulièrement des ateliers d’écriture ethnographique et je m’intéresse aux méthodes de restitution de l’enquête, qu’elles soient graphiques ou textuelles.

J’ai été associée au CCJ entre 2017 et 2019, quand j’étais ATER de la mention Ethnologie anthropologie sociale à l’EHESS. Ma thèse a obtenu le prix de thèse du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac en 2018.

Je suis chercheuse associée au Kyoto Seika University Research Center on Innovation in Traditional Industries et membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

 


1 réponse

  1. 18/01/2021

    […] de Alice Doublier (CCJ-CNRS) dans le cadre du séminaire « Sciences et savoirs de l’Asie orientale dans la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.