Anne Kerlan, lauréate du dispositif « Équipe internationale triennale » de l’EHESS

L’EHESS a mis en place un nouveau dispositif intitulé Équipe internationale triennale, prévoyant le financement de trois projets sur une durée de trois ans. Le projet « Mécaniques, Techniques et Marchés de l’Image : Inde et Chine(s), approches transculturelles et intermédiales, 19è-21è siècles » soumis par Anne Kerlan (CCJ-CECMC) et Zoé Headley (CEIAS) fait partie des lauréats.

Présentation du projet

Ce projet d’équipe internationale triennale part d’un double constat : l’éparpillement des recherches en études visuelles sur les aires asiatiques à l’EHESS et l’absence dans cette même école de travaux conjoints sur les deux « géants » asiatiques que sont l’Inde et la Chine. Nous souhaitons ainsi dialoguer avec des collègues étrangers tenants des visual studies et des transcultural studies et affirmer la fertilité de l’approche que nous menons sur les images, croisant histoire culturelle, histoire sociale, histoire de l’art, histoire des techniques, histoire économique et anthropologie visuelle.

Spécialistes de l’Inde et de la Chine travaillant sur l’image (photographie, cinéma et images imprimées), nous avons une convergence de méthodes et de besoins : une sensibilité commune à la question des archives visuelles, une approche historique qui recoupe souvent une approche anthropologique et le constat que nos objets ne peuvent se comprendre que dans leur interaction avec d’autres médias localement. Photographie et cinéma sont des dispositifs d’enregistrement du réel s’appuyant sur des procédés de reproduction mécanique permettant une diffusion massive. Issus d’inventions technologiques d’origine occidentales ces médias sont arrivés en Inde et en Chine peu de temps après leur invention. La question centrale de ce projet est de comprendre quelles furent les dynamiques entre ces techniques étrangères et les productions visuelles locales, quels furent les processus de réinterprétation, de re-création : comment l’exogène a été adapté, digéré, pour devenir local (“making the foreign local”).

Notre équipe internationale est portée conjointement par Z. Headley (Centre d’études sur l’Inde et l’Asie du Sud CEIAS) et A. Kerlan (UMR Chine Corée Japon CCJ). Elle est constituée autour d’un noyau de huit collègues de l’EHESS (V. Caru, H. Kessous et N. Srour au CEIAS, Ju-Ling Lee, F. Lichaa à CCJ et B. Barillé pour la DIS) de deux maîtres de conférences d’universités française (A. d’Azevedo, U. de Montpellier, C. Neri, U. Lyon 3) et de deux collègues venant du Center for Asian and Transcultural Studies (CATS) à Heidelberg (B. Mittler et G. Pra Floriani), le CATS étant un partenaire à part entière du projet. Les collègues invités de façon récurrente (S. Mahadevan, U. of Washington, C. V. Nakassis, U. of Chicago, R. Wue, UC Irvine, C. Yeh, Boston U.) apportent, pour l’Inde ou la Chine, leur connaissance d’un terrain et d’un corpus mais aussi une proposition théorique, différente de la nôtre, notamment sur les questions d’intermédialité et de transculturalité. Par le biais de petites invitations nous comptons faire appel à d’autres spécialistes de la photographie ou du cinéma en Chine et en Inde ou amplifier l’approche à d’autres pays asiatiques mais aussi dialoguer avec des collègues dont les travaux sur la photographie ou le cinéma en Occident nous inspirent ainsi que des collègues de l’EHESS.

Enfin, une partie de notre projet concerne une réflexion sur les apports réciproques entre les chercheurs et les artistes travaillant avec les médias que nous étudions. Les projets de valorisation entrepris seront donc fortement arrimés à nos questionnements scientifiques. C’est la raison pour laquelle Bénédicte Barillé de la DIS est comptée comme membre de l’équipe.

Le fil rouge du projet est triple :

  • Un séminaire mensuel constitué autour de notre équipe centrale. Les séances (3 heures/mois, d’octobre à juin, à compter de la rentrée 2021) feront s’alterner des interventions (de collègues invités ou de membres de l’équipe), des moments de lecture collective critique, des visionnages, des retours d’expérience sur des projets.
  • Une série de trois workshops à destination des étudiants sur les questions des techniques, des archives audiovisuelles et des bases de données, en partenariat avec des institutions françaises.
  • Une réflexion conjointe entre artistes et chercheurs menant à un temps d’exposition.

Les activités et événements organisés par cet l’EIT seront annoncés dans un Carnet Hypothèse dédiés.

Anne Kerlan


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.