Lancement du projet Rituel70

Présenté en réponse à un appel « flash » lancé fin 2020 par l’Academy of Korean Studies, le projet « Rituel70 » imaginé par Eun-joo Carré-Na et couronné de succès doit conduire en une année à la production de matériaux vidéo à finalité scientifique et pédagogique.

Mobilisant, ce faisant, de nouvelles compétences, il a paru aux membres du Centre de recherches sur la Corée (CRC) qui le portent, Eun-joo Carré-Na et Alain Delissen, de le concevoir comme un volet particulier et comme une extension d’un projet plus large déjà bien engagé.

 

Village de Kisong, (1974 09 30) Kyòngsang du Nord, kun d’Ulchin. © Alexandre Guillemoz

Rituel70 s’inscrit en effet dans une plus vaste entreprise tournée vers la patrimonialisation et la valorisation des matériaux de recherches accumulés pendant plusieurs décennies par Alexandre Guillemoz, ethnologue spécialiste du chamanisme (sud-)coréen qui, après une carrière au CNRS, fut directeur d’études à l’EHESS de 1998 à 2006. 

À la bibliothèque scientifique du chercheur dès longtemps intégrée aux collections du CRC, il s’agit d’ajouter les nombreux matériaux primaires – 100 carnets de terrain ; 4000 photographies ; 15 films, 100 enregistrements – recueillis au fil des enquêtes qui ont nourri Les Algues, les Anciens, les Dieux. La vie et la religion d’un village de pêcheurs-agriculteurs coréens (1983) et La Chamane à l’éventail. Récit de vie d’une mudang coréenne (2010).

Soutenu par le Pôle Numérique de Recherche de l’EHESS, le projet-cadre « Chamanisme coréen / collection Guillemoz » entend aller au-delà d’une simple entreprise de préservation patrimoniale par la digitalisation. Il conçoit, via leur curation numérique, de transformer tous ces matériaux en « données de la recherche » FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable ou, si l’on préfère : Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables et Réutilisables). Les manuscrits de l’ethnologue japonais Akiba Takashi (1888-1954) en situation coloniale constituent par exemple une des pièces de ce dispositif, accueilli par Didomena et travaillé de concert dans CCJ par Eun-joo Carré-Na, Yasuko d’Hulst et Guillaume Carré (CRJ).

Offrande rituelle faite par M. Kwòn à Sòngju, esprit protecteur de la maison, devant la jarre de riz du Sòngju (1974 09 30). © Alexandre Guillemoz

De même, le projet Rituel70 a-t-il déjà pour première ambition d’assurer la préservation et la transmission « rationalisée » d’une quinzaine de films super 8, tournés dans les années 1970 lors et en marge des grands rituels chamaniques du village littoral de Kisong (Province du Kyŏngsang). Au-delà du kut bruyant, de ses séquences spectaculaires et du défilé animé de ses Dieux, s’y jouaient en sourdine les tensions de la modernisation autoritaire des campagnes et les luttes de pouvoir des générations qu’avait activées partout le Mouvement des nouveaux village (sae maŭl undong).

Qu’y ajouter un demi-siècle plus tard dans les formes d’une vidéo, en bref d’un documentaire ?

C’est le but ultime du projet Rituel70 que d’imaginer avec Alexandre Guillemoz et l’aide de la DIS (Direction de l’Image et du Son) un montage qui expliquera, mettra en perspective et peut-être renouvellera la lecture de ce monde englouti. Ou plutôt, pour être plus « guillemozien », d’un monde social et culturel sud-coréen qui, de tout cela, a fait autre chose…

Billet rédigé par Alain Delissen, directeur scientifique du projet Rituel70


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.