Radio Tangun : un podcast à la découverte des Corées

Voici bientôt un an que Bryan Sauvadet et Manon Prud’homme, tous deux jeunes chercheurs en études coréennes et doctorants au CCJ, invitent les internautes à la découverte des Corées à travers chaque épisode de leur podcast, Radio Tangun. Cet anniversaire se présente comme une occasion parfaite de leur poser quelques questions sur leur démarche et leurs activités.

Votre podcast est lié à une revue éponyme. Pourriez-vous expliquer l’articulation entre les deux ? Quelles sont les autres activités de Tangun ?

La Revue Tangun est à l’origine une revue papier consacrée à la Corée et liée à l’association du Centre de Recherches Indépendantes sur la Corée, devenue en 2016 le Centre de Recherches Internationales sur les Corées. L’association a été fondée en 1999 par Patrick Maurus et André Fabre, tous deux professeurs à l’Inalco. L’association a pour but de promouvoir les études sur les Corées à travers des articles, mais également des voyages sur place. Tous les domaines sont concernés : la littérature, la traduction, la géographie, la sociologie, la philosophie ou encore l’histoire.

Nous avons intégré l’association en 2015. Cette année-là, le premier groupe d’étudiants français, dont Bryan faisait partie, est parti pour un séjour linguistique de 40 jours à l’université Kim Il Sung, à Pyongyang.

Depuis, nous avons développé les activités de séjours culturels et linguistiques en Corée du Nord. Nos activités se sont multipliées ces dernières années, surtout depuis fin 2019. On a voulu véritablement redynamiser le site et relancer nos activités. Notre équipe s’est agrandie avec l’arrivée de Julien Saint-Sevin, qui s’intéresse aux pratiques de communication des cultures médiatiques et numériques en Chine et à Taïwan et qui est actuellement webmestre au GIS Asie. Il gère la communication sur les réseaux sociaux, les visuels et le montage de nos podcasts. Nous travaillons aussi avec des étudiants en études coréennes, notamment Emilie Nahas qui s’est chargée de transcrire les épisodes pour les rendre accessibles aux personnes sourdes et malentendantes. Et dernièrement, nous avons accueilli Johanna Chmakoff, ancienne étudiante en coréen à l’Inalco et maintenant illustratrice professionnelle avec qui nous avons de beaux projets en cours.

Nous avons toujours la revue papier, publiée chez l’Harmattan, mais nous publions également des articles sur notre site internet, que nous avons entièrement revu dernièrement (revuetangun.com). Nous mettons également à disposition des nouvelles coréennes pour celles et ceux qui souhaiteraient se familiariser avec la littérature coréenne (du Nord, du Sud et d’avant la division). Nous avons également nos voyages en Corée du Nord qui sont malheureusement suspendus depuis la crise sanitaire. Nous organisons depuis 2015 des séjours linguistiques d’une durée minimale d’un mois à l’université Kim Il Sung à Pyongyang (voyagestangun.com). Ces séjours linguistiques consistent à suivre des cours de coréen à l’université Kim Il Sung et de vivre au sein du dortoir international de l’université. Ce sont des voyages uniques, en totale immersion et très éloignés des séjours touristiques proposés par des tours opérateurs. Nous encadrons nous-mêmes ces voyages et nos groupes de voyageurs, ce qui nous permet un accès privilégié au terrain et notamment à la ville de Pyongyang. Par exemple, prendre le taxi et le métro librement, rencontrer des religieux, visiter des collections de musées avec les conservateurs, aller manger dans des petits restaurants de quartier et faire nos courses aussi bien au marché que dans les nouveaux centres-commerciaux. Nous travaillons également avec des étudiants Nord-Coréens francophones sur place permettant ainsi de favoriser les échanges linguistiques et culturels. Enfin, depuis juillet 2020, nous avons lancé notre podcast, Radio Tangun. L’idée est née pendant le premier confinement alors que nous étions tous séparés, nos universités fermées, nos terrains inaccessibles et nous souhaitions rendre cette période un peu moins pénible. Nous avons cherché à tirer profit de cette période d’incertitudes, où l’on voyait beaucoup d’initiatives naître autour de nous, alors nous nous sommes lancés.

Au fil des épisodes, vous faites découvrir une variété de sujets, sans vous attarder sur les aspects des Corées dont on entend sempiternellement parler dans les médias. Pouvez-vous faire une petite entorse à votre ligne, et nous décrire et partager votre opinion sur ces clichés ? Quels autres sujets voudriez-vous plutôt voir mis en valeur ?

Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait de plus en plus de contenu sur la Corée sur YouTube, principalement sur la Corée du Sud. En revanche, dès qu’on parle de Corée du Nord, on tombe rapidement sur du contenu de mauvaise qualité, très cliché et finalement que très peu analysé. Nous avions envie de proposer quelque chose d’autre et de nouveau surtout. Nous ne pouvions pas nous permettre de faire des vidéos, ça allait nous prendre trop de temps et nous n’avions pas les moyens financiers et techniques de nous lancer. Le podcast s’est imposé comme une évidence. C’est un format qui ne nécessite pas beaucoup de matériel, le traitement en post-production n’est pas autant chronophage que le montage vidéo et surtout : il n’y avait aucun podcast sur les Corées en français ! C’est aussi une des choses qui nous a motivé : nous voulions proposer un contenu en français, pour les francophones parce que l’engouement pour la Corée ne fait qu’augmenter d’années en années. La “vague coréenne” n’en est absolument pas une, le nombre de personnes intéressées par les Corées est en constante augmentation comme le nombre d’étudiant.e.s en coréen dans les universités françaises. Si on devait filer la métaphore, ce n’est pas une vague mais une grande montée des eaux liée au réchauffement climatique! Il y a une curiosité et une demande toujours plus importante de contenus sur les Corées. Nous ne voulions pas proposer un contenu sur la pop-culture, mais plutôt nos expériences en tant que jeunes chercheurs et qui sait, peut-être donner envie à des étudiant.e.s de se lancer dans la recherche en études coréennes. On ne s’attendait pas à avoir autant d’écoutes le jour du lancement. Nous sommes très contents que ce podcast touche des jeunes, des moins jeunes, des étudiant.e.s en études coréennes, d’autres qui sont simplement curieux d’avoir des informations sur des sujets peu traités à propos des Corées. Chaque mois nous voyons que les auditeurs sont au rendez-vous et le nombre d’écoutes ne fait qu’augmenter.

Ce podcast n’est pas un podcast scientifique et n’a pas vocation à l’être. Ce que nous voulons c’est pouvoir rendre accessible nos recherches et nos analyses au plus grand nombre. Nous essayons de montrer qu’il est possible de faire de la vulgarisation sans pour autant tomber dans la caricature. Il existe déjà des contenus très grands publics, comme le fait le Centre Culturel Coréen par exemple. Pour autant, les contenus culturels sur la Corée du Sud notamment, sont extrêmement simplifiés dans une logique d’attraction d’un large public. Cette simplification extrême amène à un appauvrissement très important et c’est fort dommage. Nous essayons le plus possible de rendre les contenus les plus accessibles à tous mais en gardant la complexité des choses, la Corée est un objet d’étude et d’intérêt complexe et pluriel, c’est aussi ce qui fait son charme. C’est aussi l’occasion de promouvoir les jeunes chercheurs en études coréennes, montrer qu’une recherche doctorale c’est aussi du partage et pas être seul face à ses données et ses lectures. Nous essayons toujours de nous situer dans cet espace entre recherche académique de pointe que nous menons pour nos doctorat et le traitement très grand public de la culture coréenne. Cet espace est immense d’où la difficulté pour nous parfois de se situer, mais c’est toujours dans la bonne humeur, le partage et pour de bons moments avant tout !

Comment choisissez-vous vos sujets ? Comment préparez-vous chaque épisode ?

Nous essayons d’équilibrer les épisodes entre Corée du Sud et Corée du Nord. Nous cherchons à satisfaire tout le monde et offrir tantôt un épisode sur la Corée du Sud, tantôt un autre sur la Corée du Nord. Nous parlons évidemment de nos recherches, mais ce podcast nous a aussi permis de nous dépasser. Nous voulons pouvoir proposer des épisodes avec des thèmes variés et divers et donc d’aller dans des domaines qui ne sont pas forcément nos domaines de spécialités. Avec la crise sanitaire, nous tournons nos épisodes séparément, chacun chez soi, mais à l’avenir, nous voulons pouvoir inviter d’autres chercheurs. Pour le moment c’est difficile car nous sommes tous les deux à des endroits différents : Bryan à Paris et Manon dans le centre de la France. D’un point de vue logistique c’est compliqué d’inviter des gens. Nous avons néanmoins pu faire intervenir Patrick Maurus pour parler de la Corée chinoise, la “troisième Corée”, ainsi que l’auteure bulgare Velina Minkoff qui a été jeune pionnière en Corée du Nord avant la chute du Bloc. Généralement, on s’appelle pour réfléchir sur un thème. Les idées peuvent venir de l’actualité, mais en fait assez peu. C’est surtout des lectures, des prolongements de nos recherches, des questions restées en suspens, mais aussi les vides et  les frustrations quant à des sujets qu’on aimerait voir traiter plus largement. Nos inspirations sont aussi le fruit de rencontres avec des gens, du milieu de la recherche ou non, qui ont une expérience et des questions eux aussi sur les Corées. Après ça, nous nous documentons quand c’est nécessaire, nous faisons un vrai travail de recherche finalement ! Et enfin, nous scriptons entièrement nos épisodes avant de les tourner. C’est toujours des grands moments d’échanges, de réflexions et de fous-rires entre nous. Parfois on fait de vraies bourdes. Certaines sont coupées au montage, parfois certaines restent. Ça nous énerve mais c’est aussi un moteur pour nous améliorer, avec toujours cette double volonté d’ouvrir au plus grand nombre et de proposer des contenus de qualités sur des sujets atypiques.

Quels sujets avez-vous en préparation ?

Nous avons déjà réfléchi à nos prochains épisodes. Dans l’épisode du mois d’avril, nous nous sommes attaqués à un gros morceau qui est la question du développement d’une peinture nord-coréenne. Nous avons essayé de voir comment les peintres se sont situés après la Libération de la Corée et donc la division, avec le développement de cette idée d’édifier une nouvelle Corée et la mise au jour d’une nouvelle peinture coréenne. Or, si cette question a été traitée pour la Corée du Sud par de nombreux anglophones, cette question en Corée du Nord a été trop peu mise en avant. Nous avons fait un gros travail de terminologie après avoir constaté que la Corée du Nord qualifiait toutes ses peintures de Chosŏnhwa, un terme englobant flou et très nationaliste aujourd’hui alors qu’il est l’idée d’un peintre avant-tout. En épluchant beaucoup de numéro de la revue d’art de Corée du Nord (Chosŏn misul), nous avons essayé de rendre compte d’une histoire du développement de la peinture dans cette nouvelle Corée et montrer le pluralisme de l’art nord-coréen. Nous allons poursuivre notre réflexion sur la culture visuelle en Corée du Nord dans l’épisode du mois de mai, qui sera consacré aux questions d’architecture et d’urbanisme à Pyongyang, pour notamment comprendre la question des rapports  formels et urbanistiques avec une culture visuelle et artistique (monuments, métro, affiches, …). Et pour le mois de juin, un mois hautement symbolique, un moment de mémoire et de mise en avant des luttes LGBTQI+, nous sommes très heureux d’inviter Marion Gilbert, doctorante au CCJ et rédactrice en chef de la revue papier de la revue Tangun, pour qu’elle nous parle de sa thèse qu’elle va soutenir à la fin du mois de mai et qui est intitulée : Résister à l’hétérosexualité en Corée du Sud : parcours genrées de femmes queer entre elles (depuis 2016). Après ça, on espère déjà pouvoir tourner des épisodes ensemble, parce qu’à cause du COVID, nous n’avons pas eu l’occasion d’enregistrer ensemble. Nous espérons aussi évidemment pouvoir inviter d’autres chercheurs.


Nous remercions Manon et Bryan d’avoir répondu à nos questions.

Tous les épisodes de Radio Tangun sont disponibles en ligne sur Arte Radio, Spotify, Apple Podcasts et Deezer.

Liste des épisodes :

  1. Introduction
  2. Les parcs de loisirs à Pyongyang
  3. L’éparpillement des biens culturels coréens et les conséquences de la division sur l’étude du patrimoine
  4. Nos meilleures et pires expériences en Corée (Anecdotes de Corée)
  5. La Corée chinoise
  6. Les Coréens dans l’empire mongol
  7. De la division à la démocratisation en Corée du Sud
  8. Les légendes des monts Kumgang
  9. Des Corées, des mots, des parlers
  10. Être jeune pionnier en Corée du Nord : rencontre avec l’auteure Velina Minkoff
  11. Corée du Sud : la démocratie ? Et après ?
  12. Aux origines plurielles de la peinture en Corée du Nord

Graphismes : Julien Saint-Sevin.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.