« Les plumes (dé)masquées du CCJ ». Séance avec Alain Arrault

« Les plumes (dé)masquées du CCJ » offrent un espace de discussion autour des ouvrages publiés par les chercheurs du laboratoire Chine, Corée, Japon. Tous les deux mois, une chercheuse ou un chercheur du CCJ se démasque en présentant son livre, récent ou plus ancien. Quelle passion, curiosité ou opportunité se cache derrière ce sujet ? Quels ont été les enjeux et les défis de l’écriture ? Qu’apporte ce livre aux études asiatiques ? Et aux sciences sociales en général ?

La prochaine séance des « Plumes (dé)masquées » s’articulera autour du livre d’Alain Arrault : A history of cultic images in China : the domestic statuary of Hunan (Hong Kong : The Chinese University Press ; New York : Columbia University Press, 2020).  

Discutante : Aurélie Névot (CNRS, CCJ-CECMC).

Date et horaire

  • Lundi 13 décembre 2021, de 16h45 à 18h

Lieu

  • Campus Condorcet, Bâtiment de recherche Sud – Salle 0.032
    Place du Front populaire, 93322 Aubervilliers cedex
    Métro : Front populaire (ligne 12)
La conférence aura lieu en hybride :

Contact : communicationccj@ehess.fr

Présentation de l’ouvrage

Les statues de divinités doivent être vivantes. Pour rendre possible cette animation, l’Asie d’une manière générale accomplit un rituel de consécration pendant lequel divers objets sont insérés à l’intérieur des statues : reliques, livres sacrés, tissus, perles, et aussi le nom du ou des donateurs, un simulacre d’organes ou de viscères, de la materia medica… La statue n’est pas seulement la présentification de la divinité, elle en est le corps même. Les premiers témoignages écrits et matériels de cette pratique d’ « engrossement » datent en Asie orientale du IXe-Xe siècle. De nombreux travaux ont été ainsi conduits sur des statues, essentiellement bouddhiques, au Japon pour la période Heian et Edo, et en Corée pour la période Goryeo (918-1392) et le début de Joseon (1392-1910). Curieusement, il n’existe pas de recherche du même type en Chine, alors que nous savons pertinemment, grâce à la littérature, qu’il existait des pratiques similaires. C’est ce manque que vient combler ce livre.

Lire la suite de la présentation →


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.