« Les plumes (dé)masquées du CCJ ». Séance avec César Castellvi

« Les plumes (dé)masquées du CCJ » offrent un espace de discussion autour des ouvrages publiés par les chercheurs du laboratoire Chine, Corée, Japon. Tous les deux mois, une chercheuse ou un chercheur du CCJ se démasque en présentant son livre, récent ou plus ancien. Quelle passion, curiosité ou opportunité se cache derrière ce sujet ? Quels ont été les enjeux et les défis de l’écriture ? Qu’apporte ce livre aux études asiatiques ? Et aux sciences sociales en général ?

La prochaine séance des « Plumes (dé)masquées » s’articulera autour du livre de César Castellvi (Université de Paris) : Le dernier empire de la presse : une sociologie du journalisme au Japon (Paris : CNRS éditions, 2022).  

Discutant : Alain Delissen (EHESS, CCJ-CRC).

Date et heure

  • Lundi 14 février 2022, de 16h45 à 18h

Lieu

  • Campus Condorcet, Bâtiment EHESS – Salle A 327 (3e étage)
    2 cours de Humanités, 93300 Aubervilliers
    Métro : Front populaire (ligne 12)
La conférence aura lieu en hybride :

Contact : communicationccj@ehess.fr

Présentation de l’ouvrage

À l’heure où la transition numérique paraît achevée dans les pays occidentaux (baisse des tirages, digitalisation, concurrence des médias gratuits en ligne), la presse japonaise affiche une santé à faire pâlir ses homologues de jalousie. Les quotidiens au plus fort tirage dans le monde, le Yomiuri Shinbun (autour de 8 millions d’exemplaires par jour) et l’Asahi Shinbun (6 millions), sont tous deux édités dans l’archipel. Longtemps perçu comme le pays de la modernité électronique et informatique, le Japon paraît présenter dans ce domaine une capacité de résistance inattendue aux nouvelles technologies.
À cette singularité s’en ajoute une autre : on n’y trouve ni école de journalisme, ni association ou syndicat représentatif de la profession. Autrement dit, la résilience de la presse se double d’une sous-institutionnalisation du métier de journaliste.
Pour éclairer ce paradoxe, César Castellvi s’est immergé pendant plusieurs années dans la rédaction d’un des plus grands journaux du pays. Il s’attache à mettre en lumière le fonctionnement d’un modèle singulier et néanmoins typique de l’organisation du travail au sein du capitalisme nippon du XXe siècle. Un modèle aujourd’hui bousculé par une crise des vocations, une nette féminisation du métier et la fin de l’anonymat des journalistes, sur fond d’érosion des tirages. Le dernier empire de la presse serait-il, à son tour, en train de s’éteindre ?

→ Fiche du livre sur le site de CNRS éditions


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search