Fabriquer la « ville vivable » : les paradoxes de la politique de construction des communautés urbaines, Shenzhen (Chine)

Intervention d’Anne-Christine Trémon (Université de Lausanne) dans le séminaire co-animé par Valérie Gelézeau (EHESS) et Françoise Ged (Cité de l’architecture & du patrimoine) « Habiter les villes d’Asie », le jeudi 17 mars 2022, de 10h à 12h (sur inscription par mail à: gelezeau@ehess.fr).

Résumé

Le concept de ville vivable, en circulation depuis plusieurs décennies parmi les organisations non gouvernementales et internationales, a été récemment repris à leur compte par les autorités chinoises. Ce concept sert tour à tour de slogan promouvant des politiques centrées sur l’amélioration de la qualité de vie en ville (biens et services publics, habitat, environnement), et de label agissant comme signal à destination des investisseurs et des habitants à forts capitaux culturels et sociaux que les villes cherchent à attirer. Plus spécifiquement, en Chine, les politiques de « ville vivable » s’inscrivent dans la continuité des politiques de « construction des communautés » (shequ jianshe) tout en reflétant le tournant pris depuis la fin des années 2000 vers un développement plus durable et moins inégalitaire. Les programmes de « communautés vivable » ciblent tout particulièrement les villages urbains, très nombreux en Chine. Étant les produits de son urbanisation rapide, ces anciens villages ruraux voient cohabiter des anciens paysans devenus citadins et des travailleurs migrants. Dans cette communication, j’examine, principalement à partir de recherches menées à Shenzhen, comment les autorités municipales ont transformé un village urbain en « communauté vivable » (yiju shequ). Je mettrai en évidence plusieurs paradoxes, liés à la logique concurrentielle de financement par projets par laquelle opère cette politique. Tout d’abord, elle valorise les communautés considérées comme étant les plus « avancées », et non celles qui présentent les problèmes les graves. Ensuite, alors même que prévaut un récit linéaire de l’urbanisation modernisatrice, les communautés sont invitées à valoriser leur passé rural. Enfin, si les projets sont censés intégrer autochtones et migrants dans une même communauté, une forte ségrégation demeure.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search