« Les plumes (dé)masquées du CCJ ». Séance avec François Gipouloux

« Les plumes (dé)masquées du CCJ » offrent un espace de discussion autour des ouvrages publiés par les chercheurs du laboratoire Chine, Corée, Japon. Tous les deux mois, une chercheuse ou un chercheur du CCJ se démasque en présentant son livre, récent ou plus ancien. Quelle passion, curiosité ou opportunité se cache derrière ce sujet ? Quels ont été les enjeux et les défis de l’écriture ? Qu’apporte ce livre aux études asiatiques ? Et aux sciences sociales en général ?

La prochaine séance des « Plumes (dé)masquées » s’articulera autour du livre de François Gipouloux (CNRS) : Commerce, argent, pouvoir : l’impossible avènement d’un capitalisme en Chine (XVIe-XIXe siècle) (Paris, CNRS éditions, à paraître le 30 juin 2022).  

Discutant : Guillaume Carré (EHESS, CCJ-CRJ)

Date et heure

  • Lundi 20 juin, de 16h45 à 18h

La conférence aura lieu en hybride :

  • Campus Condorcet, Centre de colloques, salle 3.06
    Place du Front populaire, 93300 Aubervilliers
    Métro : Front populaire (ligne 12)

Contact : communicationccj@ehess.fr

Présentation de l’ouvrage

Le dynamisme de l’économie chinoise depuis la fin des années 1970 et sa position centrale dans l’économie mondiale invitent à revisiter une période cruciale, celle de la fin de l’époque impériale (XVIe-XIXe siècle). Au cours de ces trois siècles, la Chine, pourtant très avancée sur le plan économique, voit se creuser l’écart avec les pays de l’Europe du nord. Une florissante économie marchande a échoué à se transformer en capitalisme.

Pourquoi ?

De multiples explications ont été données de cette longue divergence. Peu de place a pourtant été accordée aux véritables acteurs de l’économie, et aux modalités concrètes de fonctionnement des marchés. C’est à cette carence que ce livre entend répondre, en donnant la parole aux textes, et en suivant le parcours de trois personnages centraux : le bailleur de fonds, l’intermédiaire, et l’entrepreneur commercial. Réinterroger l’origine de la puissance chinoise, c’est aussi en discerner les lignes de fractures, les points de rupture, les faiblesses. Si la période impériale tardive voit la multiplication de riches marchands, l’entrepreneur capitaliste est absent du paysage économique. Le capital, fragmenté, n’est pas aisément mobilisable : il est périodiquement détruit ou thésaurisé.

À contre-courant de bien des idées reçues sur la prospérité chinoise, cet ouvrage esquisse un audacieux parallèle entre la Chine d’hier et d’aujourd’hui. La richesse vient de la connivence avec le pouvoir politique, et non pas d’institutions facilitant l’alchimie secrète qui transforme l’épargne en capital.

 



Citer ce billet
Chloé Loiseau (2022, 3 juin). « Les plumes (dé)masquées du CCJ ». Séance avec François Gipouloux. Carnets de l'UMR Chine, Corée, Japon. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/md0j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search