« Les plumes (dé)masquées du CCJ ». Séance avec Yim Eunsil

Les « Plumes (dé)masquées du CCJ » offrent un espace de discussion autour des ouvrages publiés par les chercheurs du laboratoire Chine, Corée, Japon. La prochaine séance s’articulera autour du livre de Yim Eunsil (Université Paris Cité, CCJ-CRC) : Être Coréens au Kazakhstan : des entrepreneurs d’identité aux frontières du monde coréen (Collège de France, Institut d’études coréennes, 2016).
L’ouvrage a reçu en 2021 le Prix Hendrik Hamel, créé par l’AKSE (Association for Korean Studies in Europe).
Discutante : Samia Ferhat (Université Paris Nanterre, CCJ-CECMC).

Date et heure

  • Lundi 12 décembre, de 16h45 à 18h

La conférence aura lieu en hybride :

  • Campus Condorcet, Bâtiment de recherche Sud, salle 0.030
    5 cours des Humanités, 93300 Aubervilliers
    Métro : Front populaire (ligne 12)

Contact : communicationccj@ehess.fr

Présentation de l’ouvrage

Plus de cent mille Coréens — Sovetskie korejcy ? Koryŏ saram ? — vivent aujourd’hui au Kazakhstan. Leur intérêt et leur importance ne tiennent pas aux chiffres. Dans cet état multi-ethnique et indépendant, issu de l’empire soviétique, ils forment une toute petite partie des sept millions de « Coréens » répandus à travers le monde — essentiellement en Chine, au Japon et aux États-Unis; de cette diaspora d’invention récente — et d’assez longue histoire — où se redéfinissent aujourd’hui les frontières du monde coréen. Le Kazakhstan offre ainsi à l’anthropologue du contemporain un stimulant terrain d’investigation pour qui s’intéresse, au-delà de la Corée, aux constructions de l’identité, aux institutions qui les informent, aux agents qui les portent, aux tensions qui les traversent. Mais loin d’être seulement un cas, il présente une perturbation — et donc un enrichissement — du modèle triangulaire où se conçoit d’ordinaire le fait diasporique : état d’origine ; diaspora ; état d’accueil. Car s’y ajoutent et s’y entrechoquent les forces d’une vive concurrence qui voit se réverbérer — au loin, tardivement — les effets de la division de la péninsule en deux états hostiles depuis 1948. Le démantèlement du modèle triangulaire vient dès lors jeter une lumière puissante — et comme un doute — sur les composantes alléguées d’une identité « coréenne » : langue ? nourritures ? rituels ? mémoires de la déportation ?



Citer ce billet
Chloé Loiseau (2022, 24 novembre). « Les plumes (dé)masquées du CCJ ». Séance avec Yim Eunsil. Carnets de l'UMR Chine, Corée, Japon. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/md0n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search