Alain Delissen, Émergences coréennes

 

 

 

 

 

 

Alain Delissen a publié « Émergences coréennes » dans le carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique, 20 décembre 2012.

Avertissement

Les pages qui suivent n’ont pour ambition ni prétention de constituer un état des lieux objectif, à jour et détaillé des études coréennes en France. Encore moins des « connaissances françaises sur la Corée » — si cette formulation a un sens.

Du côté français comme du côté sud-coréen — souvent à l’occasion des anniversaires diplomatiques ou des commissions mixtes — une histoire des pionniers, des institutions, des personnes actives et des travaux ne manque pas d’être régulièrement établie. Elle fait alors office de bilan[1]. Comme ce domaine s’est très considérablement enrichi et diversifié depuis deux décennies, il a semblé inutile de sacrifier à un exercice réclamant, pour être sérieux, beaucoup de temps et de moyens.

Directeur d’études à l’Ehess, ancien directeur de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (2008-2011) et directeur de l’Institut d’Études Coréennes du Collège de France, l’auteur de ces lignes est engagé dans le monde coréanologique depuis presque vingt-cinq ans : il peut avoir l’imprudence d’évoquer de façon subjective — quoique informée — cette expérience déjà assez longue.

Ce texte bref relève donc de l’exercice solitaire. Si son objectif et ses destinataires ont été discutés de façon informelle dans le petit milieu coréanologique, il n’a pas été soumis ni a fortiori validé par les nombreux acteurs qui constituent aujourd’hui les études coréennes en France. Il ne s’exprime pas en leur nom.

Émergence, s. f.  1) Sortie hors d’un milieu. 2) Fig. Circonstance pressante.

(« Littré » 1874).

Pour lire ce billet, consulter la page du carnet RESAP-Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique