Synthèse de la Journée des Doctorants de l’UMR 8173

Participer activement dans la vie de l'UMR

Les participants à la journée des doctorants de l’UMR

La journée des doctorants de l’UMR 8173 s’est déroulée le 18 juin 2013 à l’EHESS, 190-198 avenue de France en présence d’une trentaine de personnes. Cette journée, organisée par Lucie Daeye et Miwon Seo, deux doctorantes du Centre de recherches sur la Corée, avait pour objectif de permettre à des doctorant-e-s issu-e-s de disciplines et d’universités différentes de venir présenter leurs travaux sur la Chine, la Corée et le Japon.

Hunhee CHO (gauche) et Kyunghee CHO

Hunhee Cho (gauche) et Kyunghee Cho

Après quelques mots d’introduction prononcés par François Gipouloux, Directeur de l’UMR, Kyoung-Hee Cho, doctorante en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Sorbonne Nouvelle, a débuté la journée par une présentation sur l’histoire du fondateur du « cinéma ouvert », M. Jang, Sun-woo. Les oeuvres de Jang sont le résultat d’une fusion entre ses pensées philosophiques et l’esthétique du théâtre traditionnel ‘Madanggeuk’. Ses réflexions s’appuient particulièrement sur les philosophes occidentaux, notamment Marx, Bataille, Deleuze, et sont marquées par les thématiques de l’aliénation, du rapport au capitalisme et au totalitarisme. Ses films ont été réalisés avec des techniques inspirées des travaux d’Eisenstein ou encore de Roberto Rossellini. Le travail de Mme Cho présente un regard analytique sur les instances économiques et politiques qui ont facilité la production du cinéma de la Nouvelle Vague coréenne. Profitant de l’ouverture au monde et du début de la démocratisation, Jang était particulièrement revendicatif au sein de la société sud-coréenne. Le discutant de l’intervention, M. Carré, s’est particulièrement intéressé aux comparaisons possibles entre Sun-woo Jang et des réalisateurs japonais des années 1960, comme Nagisa Oshima par exemple. JDD2013_KH Cho_résumé

Hunhee Cho, doctorant en géographie à l’Université Paris 8, a ensuite présenté ses travaux sur les tours marchandes en Corée du Sud. Après une comparaison internationale des différents types de formes commerciales (marché, grands magasins, centres commerciaux, etc.), il a cherché à mettre en avant les particularités des espaces commerciaux sud-coréens organisés en hauteur sous forme de tours marchandes. Ces espaces commerciaux ont été construits dans les villes sud-coréennes à partir de la seconde moitié des années 1990 et sont particulièrement bien connectés aux réseaux de transports en commun. Ces tours sont partagées en trois parties, commerce, culture et loisir. Cette division correspond à une évolution des pratiques spatiales des espaces commerciaux regroupées en Corée du Sud sous le concept de «malling ». Il existe différentes variations autour de ce modèle principal selon la localisation dans la ville ou la spécialisation plus ou moins importante de la tour dans l’une des trois activités. Au-delà de l’étude du cas coréen, l’analyse du développement des tours marchande permet aussi de s’interroger sur la circulation des modèles spatiaux à l’échelle mondiale, car les premiers exemples de ce type furent développés en Amérique du Nord. JDD2013_HH_Cho_résumé

La thèse de Hyunjoo Lee, doctorante en ethnoscénologie à l’université Paris 8, a pour sujet le rôle des missions catholiques dans l’introduction du théâtre vivant européen en Corée dans les premières décennies du XXe siècle. Tout en préservant la perspective de sa discipline, l’ethnoscénologie, Hyunjoo Lee retrace les œuvres dramatiques inspirées par une série massacres liée aux persécutions religieuses et par les témoignages écrits de séminaristes coréens. À travers ce corpus, elle questionne comment les notions de tragédie et de mystère ont évolué depuis l’introduction du théâtre occidental en Corée. Elle étudie plus particulièrement quatre aspects : l’adaptation de la terminologie doctrinale catholique à la culture coréenne, la représentation du martyre et de son excellence dans la tradition de l’Église Romaine, le plaisir propre à l’émotion théâtrale ressentie par le spectateur coréen, et les conséquences liées à l’introduction de spectacles européens, traitant des moeurs humaines, dans une société coréenne fondée sur le confucianisme. Mme Capdeville-Zeng et M. Bruneton se sont tout d’abord interrogés sur la question de la traduisibilité des termes d’une langue européenne en coréen. Ils ont ensuite interrogé Mme Lee sur son parcours d’actrice, à la fois en Corée et en France, pour en comparer les pratiques. JDD2013_HJ_Lee_résumé

Stéphanie Homola, doctorante à l’EPHE et au CECMC sous la direction de Jean-Claude Galey et Marc Kalinoswki, est venue présenter un extrait de son travail de terrain réalisé pendant sa thèse. Son intervention, intitulée «Conditions de vie et identité culturelle d’un vagabond des lacs et des rivières du 21e siècle », nous a permis de découvrir Yao, un devin itinérant exerçant plus particulièrement à Pékin. Après une présentation de l’histoire et de la vie de Yao, la présentation et la discussion se sont poursuivies sur les représentations associées aux devins itinérants en Chine. Le nom «vagabond des lacs et des rivières »(jianghu 江湖), choisi par Yao pour se définir, fait appel à différentes références dans la culture chinoise ancienne : ces vagabonds sont des personnages itinérants, tirés de la littérature classique et qui sont inspiré par des valeurs chevaleresques (altruisme, justice, etc). À la fois travailleur migrant, mendiant, devin, Yao est une figure complexe que l’on pourrait considérer comme en marge de la société chinoise. Mme Capdeville, discutante de Mme Homola est cependant revenue sur cette notion de marginalité. Elle a souligné que de nombreux traits de Yao, comme ses discours provocateurs, sa famille ou son statut précédent dans l’armée, ne permettaient pas de dire qu’il n’était pas intégré dans la société chinoise. JDD2013_S_Homola_résumé

Xénia de Heering est doctorante rattachée au CECMC, EHESS sous la direction de Isabelle Thireau et Françoise Robin. Son sujet de thèse est «Joies et peines de l’enfant Nags tshang – Production, Réceptions et Médiations d’un témoignage écrit sur les années 1950 en Amdo (R.P.C.) ». Lors de son intervention, elle a invité les étudiants et les chercheurs à s’interroger sur la traduction, travail indispensable et permanent de la recherche, tout particulièrement en aires culturelles. S’appuyant sur ses recherches sur un livre tibétain publié en 2007 qui raconte le quotidien dans le souvenir d’une enfance à Chukhama en fin des années 50, elle présente sa propre expérience de la traduction et des problèmes qu’elle a rencontré : l’intraduisibilité des expressions du langage familier ou parlé, du dialecte, ou des structures syntactiques du langage parlé utilisées par l’auteur afin de rendre son texte plus accessible au public tibétain contemporain. Mme de Heering a ensuite souligné ses difficultés rencontrées lors de la traduction de certains mots en français, signalant que de nombreux sous-entendus en tibétain disparaissent lors de la traduction. Sa présentation fut illustrée de nombreux exemples précis et clairs tirés de sa traduction personnelle de l’ouvrage. La discussion a permis de s’interroger sur la place accordée à la traduction, y compris dans le corps même du texte de la thèse. JDD2013_X_de_Heering_résumé

Julie Romoiville, Xenia de Heering, Lucie Daeye

Julie Romoiville, Xenia de Heering, Lucie Daeye

 

Julie Remoiville est doctorante à l’EPHE sous la direction de Vincent Goossaert et travaille sur les temples et taoïstes dans la province du Zhejiang. Son intervention portait sur un aspect de sa thèse et avait pour thème la place et le rôle des femmes âgées dans le renouveau religieux en Chine urbaine contemporaine. Son travail de terrain, réalisé dans les temples, l’a amené à rencontrer différentes femmes âgées issues de milieux urbains, groupe qu’elle considère comme fondamental aujourd’hui dans la «transmission » des croyances religieuses traditionnelles et dans l’évolution du paysage religieux de la Chine contemporaine. Mme Remoiville a tout d’abord présenté le parcours de deux femmes et leurs relations avec leur famille puis l’activité religieuse de ces femmes et leurs contributions aux temples. Le temple permet à ces femmes de se créer une nouvelle vie sociale, construite sur une «validation mutuelle du croire » sans que l’on puisse pour autant parler de communauté. Mme Landry-Deron, discutante de cette intervention, a signalé que « femmes âgées» n’était peut-être pas suffisant pour qualifier ces femmes aux profils très différents. JDD2013_J_Remoiville_résumé

Qian He (gauche), Jing Wang

Qian He (gauche), Jing Wang

Qian He, doctorante au CERI de Sciences Po. Paris sous la direction de Richard Balme, étudie le rôle de l’état dans la diffusion internationale de l’art contemporain chinois. Mme Qian a effectué une étude sur les instances politiques de la libéralisation sociale en Chine dans les années 80 en se focalisant sur l’émergence de l’avant-garde, considérée aujourd’hui comme «l’art contemporain chinois ». Elle constate le souhait de liberté et d’indépendance exprimé par les artistes qui leur semblent nécessaires afin de transformer le système de l’art officiel et les institutions chinoises d’art. Profitant de la mondialisation, ces artistes, considérés comme «clandestins », ont attiré l’intérêt des communautés artistiques occidentales ainsi que celui des marchands d’art étrangers, ce qui a permis la recomposition de l’art contemporain chinois au début des années 2000. Pourtant, ces changements qui traversent la politique, la culture et la société chinoise ne garantissent ni l’autonomie ni la liberté d’expression des artistes indépendants. JDD2013_H_Qian_résumé

Jing Wang est doctorante à l’EHESS sous la direction de Daniel Fabre. Sa thèse s’intitule le nouvel an chinois à Paris : transfert de rites et institution de la culture. Lors de son exposé, Jing Wang a analysé la demande de sauvegarde urgente au sein du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO portant sur le tissage féminin chez les Li en Chine. L’argumentaire du dossier tend à faire valoir l’originalité du tissage et l’histoire liée à chaque type de traits (ikat, broderie, etc.) tout en mettant l’accent sur la richesse immatérielle que cette pratique contient. Jing Wang rappelle cependant que le savoir-faire de tissage Li est une technique dont les principales artisanes ne rentrent pas dans la catégorie de «communauté » définie par l’état chinois. JDD2013_J_Wang_résumé

Cette intervention a permis d’éclairer les conséquences que peuvent avoir la déclaration au patrimoine immatériel de l’UNESCO, c’est-à-dire la transformation d’une tradition en art qui peut être exploitée commercialement. Enfin, Mme Wang a souligné deux problèmes dans le dossier soumis par la Chine : la façon dont le dossier met en valeur le tissage Li ne reflète pas le mode traditionnel de formation mis en place par ces femmes tout comme le fait que les techniques développées lors de la transmission n’ont pas été reconnues comme patrimoine.

La journée s’est clôturée sur une table ronde animée par Miwon Seo et sur le thème de «“l’après thèse ». Kyungmi Kim, Docteure en anthropologie, Katiana Le Mentec, Docteure en ethnologie, Aleksandra Majstorac Kobiljski, Docteure en histoire, ont tout d’abord présenté leur parcours de doctorantes puis leur situation actuelle au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. La variété des parcours a permis au public, composé de doctorants français et étrangers, de poser des questions techniques et pratiques sur l’après thèse et sur les choix et stratégies à adopter. Beaucoup de questions eurent pour thème les candidatures au poste de maître de conférence ou les postdoctorats : des étudiants souhaitaient savoir où s’informer au mieux pour préparer efficacement leur projet professionnel pendant leur thèse. Enfin, cette rencontre entre jeunes chercheuses et jeunes doctorants, deux groupes qui ne se croisent pas facilement, s’est poursuivie autour d’un pot amical.

——-

Nous avons reçu beaucoup de commentaires positifs suite à cette journée. Inviter les doctorants à organiser et à participer à ce type d’événement scientifique permet de les intégrer à la vie scientifique des laboratoires de recherche tout en leur offrant la possibilité de présenter leurs travaux dans les conditions d’un colloque classique. Cette journée a aussi permis à des chercheurs et doctorants extérieurs à l’UMR de rencontrer d’autres personnes travaillant sur des aires culturelles ou thématiques proches et de créer ainsi de nouveaux réseaux. Du point de vue des organisatrices, cette journée pluridisciplinaire participe à la valorisation des travaux de recherches effectués par des doctorants et fut un succès.

présenté par Lucie Daeye et Miwon Seo

photographie par Miwon Seo

publications des doctorants :

Xénia de Heering, « Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 16 avril 2013. URL : http://cecmc.hypotheses.org/10770

Jing Wang,   «Les tissages de l’ethnie Li , une perte prenante et une performance de sauvegarde», Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 18 juin 2013. URL : http://cecmc.hypotheses.org/10770


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.