La « danse classique chinoise » comme outil de propagande dans les années 1950

ATELIER DES DOCTORANTS DE l’UMR 8173 Chine Corée Japon

Présentation de Cyrielle Perilhon : La « danse classique chinoise » comme outil de propagande dans les années 1950 dans le cadre de l’Atelier des doctorants de l’UMR Chine Corée Japon, organisé par Alain Arrault (CECMC – École française d’Extrême-Orient), Michela Bussotti (CECMC – École française d’Extrême-Orient) et Katiana Le Mentec (CECMC).

Résumé de la présentation

Le terme de « danse classique chinoise » (Zhongguo gudianwu 中国古典舞), aujourd’hui employé pour désigner un genre chorégraphique à part entière, apparaît en parallèle de l’institutionnalisation de la danse dès le début de la RPC. Dès les années 1930, la danse sous différentes formes était employée à des fins de propagande, avec l’idée, non circonscrite à la Chine, que « la danse est une arme », un outil pour éduquer le peuple. Les « nouveaux » danseurs professionnels sont appelés à « servir les ouvriers, paysans et soldats », par des formes chorégraphiques « nationales » pour représenter des contenus répondant au dogme du réalisme-socialiste. Nous tenterons de comprendre ce que recouvre alors le concept spécifique de « danse classique chinoise » et sa mise en pratique, et comment ce genre chorégraphique en construction est employé à des fins de propagande. Cette intervention, sous forme de présentation de travaux en cours, sera aussi l’occasion de s’interroger sur les sources, et, dans le cadre de notre recherche, sur le sens à donner à leur absence le cas échéant.

Cyrielle Perilhon est doctorante en histoire et civilisation à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, sous la direction de Françoise Sabban, et membre du Centre d’Etudes sur la Chine moderne et contemporaine de l’UMR 8173.

Date

Mardi 11 mars 2014, 17h-19h

Lieu

EHESS, 190, Avenue de France, 6eétage, salle 681

Les ateliers des doctorants ont lieu chaque second mardi du mois. Pensés pour être un lieu de discussion sur les recherches en cours et les expériences du terrain des étudiants, ils s’adressent à tous les étudiants de l’UMR, mais aussi à tous collègues qui souhaiteraient y assister.
Pour d’avantage d’informations sur ces ateliers, n’hésitez pas à contacter les organisateurs : Alain Arrault, arrault.alain@yahoo.com; Michela Bussotti, michela.bussotti@efeo.net; Katiana Le Mentec, katianalementec@yahoo.fr.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jacqueline Nivard (25 février 2014). La « danse classique chinoise » comme outil de propagande dans les années 1950. Carnets de l'UMR Chine, Corée, Japon. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mbf8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search